Quelles sont les quatre personnalités destructives à éviter au travail ?

harcèlement professionnel
août 24, 2021

Les êtres humains ont un talent particulier : se mettre sur les nerfs les uns des autres. C’est pourquoi, malgré le flot constant de messages de motivation, l’équipe parfaite n’existe pas. Bien sûr, il est possible de gérer les relations au sein de n’importe quel groupe humain de manière à minimiser les frictions et à favoriser la collaboration et l’harmonie, mais pour ce faire, il est important de reconnaître que certaines personnalités ne s’accordent tout simplement pas entre elles. De l’école au bureau, un groupe de personnes qui se retrouve à passer un certain nombre d’heures ensemble sans s’être choisi va rencontrer un certain nombre de problèmes plus ou moins importants, qui, s’ils ne sont pas traités à temps, peuvent nuire à la qualité du travail qu’ils font ensemble. Parfois, il s’agit d’une conséquence normale de l’agrégation, d’autres fois, on se retrouve en contact avec des personnalités qui peuvent être véritablement toxiques pour l’environnement professionnel. Il existe différentes façons de gérer ces types de personnalité qui nuisent au travail de toute une équipe et la première étape consiste toujours à les reconnaître, tant chez les autres que chez soi. Et si tout va mal, vous pouvez toujours faire comme votre serviteur et opter pour un bureau à domicile.

Les quatre types de personnalité qui nuisent à l’environnement de travail :

1. Le fanatique du conflit.

S’il est un type de personnalité qui a le pouvoir de rendre un environnement de travail invivable, c’est bien le fanatique du conflit, surtout s’il n’a aucun sens des limites. Nous avons tous rencontré l’une ou l’autre de ces personnes au moins une fois dans notre vie : elles se vantent probablement d’être une personne qui dit les choses telles qu’elles sont et entretiennent peut-être l’illusion d’être admirées pour leur honnêteté brutale, mais entre la réalité et l’auto projection, comme toujours, il y a un juste milieu. L’honnêteté brutale, dans la plupart des cas, se traduit par un manque de tact et de bonnes manières et une fâcheuse tendance à commenter de manière inappropriée le travail et le comportement des autres. Le fanatique du conflit n’offre aucun conseil ni aucune critique constructive, mais semble tirer un plaisir disproportionné à taquiner ses collègues : rarement ses supérieurs. Il a souvent le don de repérer les faiblesses de chacun et de choisir avec soin les points de pression les plus appropriés pour dynamiter les autres, afin de leur faire porter le chapeau pour avoir perdu patience face à une énième provocation.

a. Comment traiter avec le fanatique du conflit ?

Le conseil le plus courant est de ne pas céder à la provocation, mais si vous avez déjà essayé de le suivre pendant plus de deux semaines d’affilée, vous savez que c’est irréaliste, à moins d’être un maître zen et si vous êtes un maître zen, que diable faites-vous dans un bureau et pourquoi ne méditez-vous pas au Tibet ? Il peut être très embarrassant d’accuser directement quelqu’un d’être à l’origine d’un conflit, d’autant plus qu’en le faisant, vous vous retrouverez automatiquement dans une position similaire. Il est donc important de garder un ton calme et de vous exprimer aussi cordialement que possible, tout en restant inflexible sur un point : demandez au fanatique du conflit de s’abstenir de porter tout jugement qui lui vient à l’esprit.

b. Que faire si vous êtes un fanatique du conflit ?

Arrêtez. Personne ne trouve ton honnêteté brutale un tant soit peu charmante, change de tactique et essaie d’avoir des manières.

2. Le sympathique raté.

Le raté qui aime s’amuser peut être la personne la plus aimée de l’équipe, le boute-en-train et le meilleur ami de chacun, mais il reste une personnalité qui affecte négativement le travail de l’équipe. Il ne peut pas s’en empêcher : il a le cœur joyeux, une personnalité débordante et aime entraîner les autres dans une série infinie de farces et de jeux. Il n’y a pas une réunion qui ne soit pas interrompue par un éclat de rire à l’une de ses blagues, et parce qu’il est si sympathique, on lui pardonne généralement un certain manque de précision au travail. Son bureau est probablement un joyeux chaos dans lequel on ne peut rien trouver, et il en va de même pour sa boîte de réception. Il peut être très difficile de reconnaître qu’un collègue qui vous est humainement très sympathique peut avoir une influence négative sur l’équipe, mais à un moment donné, vous devrez en tenir compte. Un environnement de travail joyeux et familier est certainement un objectif souhaitable, mais le désir de passer une matinée agréable ne doit pas être plus important que les résultats que cette matinée de travail doit apporter.

a. Comment faire face au sympathique fauteur de troubles ?

Ce type de personnalité a en fait beaucoup de potentiel, il s’agit juste de le canaliser de la meilleure façon possible. Dans la mesure du possible, il est conseillé de les impliquer dans des activités qui leur conviennent, peut-être en leur confiant l’organisation d’événements sociaux. En même temps, il est nécessaire de préciser que, dans la gestion quotidienne du travail, il faut trouver un équilibre entre socialité et productivité et ne pas transformer la journée en une pause café ininterrompue.

b. Que faire si c’est vous qui faites des bêtises ?

Félicitations, vous avez un super pouvoir : vous pouvez divertir et faire participer les autres. C’est maintenant à vous d’utiliser votre super pouvoir pour le bien de tous et d’aider toute l’équipe à profiter du lieu de travail. De temps en temps, cependant, freinez votre exubérance pour éviter que votre super pouvoir ne soit destructeur. N’oubliez pas que de grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités.

3. Le dénonciateur

À l’école, il signalerait probablement au professeur les camarades qui copient. Sa conception de la promotion professionnelle consiste à pointer les défauts et les défaillances des autres, avec l’intention supposée de se présenter aux yeux de la direction comme une sorte de gardien de l’ordre, ayant à cœur les éléments de l’entreprise. Sa technique s’est affinée depuis ses débuts d’adolescent et consiste principalement en une utilisation précise de l’outil : Cc sur les e-mails. S’il a besoin d’argumenter avec un collègue ou de souligner un problème, il le fera par écrit, en insistant particulièrement sur les démérites des autres et en mettant en copie le superviseur ou le manager. Selon la situation et le niveau de sadisme personnel, il discutera des erreurs des autres avec ses supérieurs en présence de la personne concernée ou en secret. Le résultat sera toujours le même : humilier, démotiver et saboter les autres.

a. Comment traiter les dénonciateurs ?

Dans la mesure du possible, la meilleure façon de réagir à une tentative de susciter l’hostilité et la rivalité au sein d’une équipe est de travailler activement à l’obtention de résultats opposés. Soulignez les avantages de la coopération et du soutien mutuel, proposez des activités à faire ensemble et, d’une manière générale, favorisez la convivialité, en renforçant les liens humains au sein de l’équipe.

b. Que faire si vous êtes le dénonciateur ?

Arrêtez. vous manquez de confiance en vos propres capacités, mais essayer de déprécier celles des autres ne vous fera pas paraître meilleur.

4. L’intimidateur.

a .Le problème avec la brute est qu’elle est généralement en position de force. Ce n’est pas qu’il n’était pas un tyran avant aussi, mais il y a des chances qu’il le gardait pour lui. La brute a regardé trop de films, trop de dessins animés sportifs japonais des années 80, ou est tout simplement un sadique. Quelle que soit l’origine de son attitude, le tyran a acquis l’idée que motiver ses collègues signifie intimider ceux qui sont dans une position de subordination. Si l’intimidateur est un supérieur hiérarchique, il sera généreux en compliments et en récompenses, généreux en critiques, d’un ton sarcastique, et avec une fâcheuse tendance à ne pas respecter la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Ce type de personnalité est peut-être le plus toxique que l’on puisse trouver au sein d’une équipe et peut créer des situations de stress extrêmement néfastes pour l’équipe et pour les employés individuels, souvent à la limite de l’intimidation pure et simple.

b. Comment faire face à l’intimidateur ?

Allez au devant de la brute, toujours et dans tous les cas, en dénonçant son comportement. Il est également essentiel de faire comprendre immédiatement à l’intimidateur qu’il existe des limites à ne pas franchir. Dans certains cas, cela ne vaudra pas la peine de continuer à travailler ensemble. Il vaut donc mieux avoir au moins un plan B avant de le confronter directement.