Travailler trop : 5 conséquences

Quelle est la différence entre une maladie professionnelle et une maladie d’origine professionnelle ?
août 24, 2021
Travailler beaucoup, une addiction ?
août 24, 2021

Le surmenage est devenu une routine pour de nombreuses personnes. On pense généralement que travailler dur est louable, mais on ne peut pas en dire autant lorsque le travail devient la principale raison de vivre. Dans ce cas, l’existence perd progressivement son sens.

Les gens se jettent à corps perdu dans le travail pour diverses raisons. Peut-être que le salaire de base n’est pas suffisant et que des heures supplémentaires sont nécessaires. Ou le dévouement et la passion pour le travail ou le succès qui l’accompagne sont très forts.

Il arrive également que le fait de trop travailler devienne un mécanisme permettant d’échapper à d’autres aspects problématiques de la vie. Quoi qu’il en soit, les problèmes doivent être résolus le plus rapidement possible afin d’éviter des conséquences plus graves, telles que celles décrites dans cet article.

1. Détérioration des relations émotionnelles et sociales

La première conséquence de l’excès de travail est la détérioration progressive des autres domaines de la vie. En premier lieu, parce que l’on consacre tant d’heures au travail, il reste donc peu d’énergie émotionnelle pour faire autre chose. Travailler trop est en fait un moyen d’éviter les difficultés dans d’autres domaines.

Très souvent, l’excès de travail est perçu par le partenaire comme une forme d’abandon ou de rejet. Le fantôme de l’absence apparaît et la personne se sent mise au second plan. Il en va de même avec la famille ou les amis qui perçoivent clairement le manque de disponibilité.

De même, lorsqu’une personne a déjà peu de relations affectives, trop de travail ne résout certainement pas le problème. Au contraire, elle l’accentue. Dans ces circonstances, les relations interpersonnelles risquent de se détériorer et de s’effacer.

2. Fatigue et apathie

Lorsque nous travaillons trop dur, nous nous sentons fatigués. Au début, cette fatigue est physique et mentale, mais elle conduit ensuite à l’épuisement. Cependant, nous avons le sentiment que nous ne pouvons ou ne devons pas nous arrêter.

L’épuisement a un effet direct sur l’état d’esprit, à tel point qu’il déclenche une forte apathie à l’égard de tout et un sentiment constant de ne vouloir rien faire. L’enthousiasme disparaît et l’intérêt pour tout s’envole. La tristesse fait son apparition et le chemin vers la dépression est très court. L’anxiété et la détresse apparaissent également, avec une intensité variable.

3. Augmentation de l’improductivité

Le plus paradoxal est que travailler trop peut être contre-productif, voire carrément improductif. La fatigue, l’apathie et l’instabilité émotionnelle affectent la capacité à remplir ses obligations au mieux de ses possibilités, de sorte que les choses sont faites de manière superficielle.

Certaines personnes ayant des traits obsessionnels s’efforcent de tout faire au mieux de leurs capacités. La surcharge de travail limite toutefois leurs capacités créatives. Il est plus difficile d’être innovant et efficace, ce qui n’est possible qu’avec un esprit frais et non à la merci d’émotions négatives.

4. Problèmes de santé

Il existe de nombreuses maladies physiques qui dépendent du stress lié au surmenage. Elle commence généralement par des troubles gastro-intestinaux : mauvaise digestion, gastrite, constipation et autres troubles similaires. Il est également fréquent de rencontrer des problèmes de peau, des allergies soudaines ou des rhumes périodiques.

Au fil du temps, les problèmes de santé deviennent plus complexes. Il n’est pas rare que les personnes qui travaillent trop commencent à avoir des difficultés à dormir, ce qui se transforme parfois en insomnie chronique. Dans certains cas, des problèmes d’hypertension ou de nature circulatoire apparaissent.

À cet égard, il est important de rappeler que la mort par surmenage n’est pas entièrement un mythe. Si les périodes de surmenage durent longtemps, des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux peuvent survenir. C’est pourquoi vous devez faire attention à ne pas trop travailler.

5. Automatisme et perte de sens

Lorsque l’on travaille trop, la vie perd peu à peu son sens et sa nouveauté. Même si le travail demande de l’ingéniosité et de la créativité, à un moment donné, il devient routinier. Pour faire face à cette charge de travail, les gens développent presque inconsciemment diverses formes d’automatisme. Il s’agit de formes d’action stéréotypées, dans lesquelles la personne évite de prendre le temps de réfléchir et de penser.

Il en résulte un sentiment d’insignifiance qui s’étend à tous les domaines de la vie. De temps en temps, on a des pensées et des questions sur le vrai sens de la vie. Si des traits dépressifs apparaissent, les conséquences peuvent être très graves.

Le surmenage, comme toute autre forme d’excès, doit être évité à tout prix. Tout ce que ça fait, c’est causer toutes sortes de problèmes. La vie est une et comprend de nombreuses dimensions, aussi la réduire au seul travail revient à nuire à votre santé physique et mentale. Il est préférable de repenser, de reconstruire et de s’ouvrir à des modes de vie plus satisfaisants.